Pompes à carburants et pompes funèbres : mon combat contre les pompes à fric

Il y a trente-cinq ans je menais la bataille sur les prix des carburants qui était aussi, à l’époque, réglementée par l’Etat. Il en est de même aujourd’hui pour le prix de l’électricité et, plus grave, il existe un monopole de la production.

Tout ce qui absorbe à l’excès le pouvoir d’achat est contre-productif pour la France

L’Etat profit de son incurie

Autrement dit, même si vous produisez vous-même de l’électricité en abondance, soit par éolienne, soit par panneaux solaires, soit par de petites centrales électriques installées le long des chutes d’eau, vous êtes obligé de la revendre à l’EDF qui a le monopole de la production. Décidément, l’Etat ne joue pas son rôle si ce n’est de ponctionner au passage 33% de taxes sur les prix de production et de distribution.

Peut-on
admettre cette situation dans un Etat concurrentiel ? Il faut donc, de
toute urgence, libérer les prix de l’électricité. La solution la plus efficace
et la plus immédiate, c’est :

  1. de
    mettre fin au monopole des prix et de la production de l’énergie électrique
  2. de supprimer
    le monopole de la fabrication de l’énergie électrique.

A
la minute même où cela sera fait, on pourra faire baisser en France les prix de
l’électricité de 50%.

Les carburants comme ressource fiscale

Il
en a été de même avec les carburants, ce qui a permis de faire baisser, à
l’époque, le prix du litre de 50 francs. Il aura fallu cinq ans et des
centaines de procès pour faire plier l’Etat français. Et c’est la Cour
Européenne qui a mis fin à ce monopole.

Pendant
tout ce temps, j’ai été dans l’illégalité. Si le gouvernent n’accepte pas de
supprimer le monopole de l’électricité, il va donc falloir se mettre encore en
position d’illégalité et j’adopterai la solution suivante : chacun pourra
produire sa propre énergie à partir de quelques grammes de thorium. Ceci mettra
fin à toute discussion. Chacun a le droit de produire sa propre consommation.

Nous
mettrons ainsi fin à l’immense grille qui couvre la terre avec des pylônes et
des câbles et nous diviserons le coût de l’électricité par dix.

Non,
ce n’est pas un rêve. Ce qui est un rêve c’est la folie de l’Etat qui encore
aujourd’hui augmente ses tarifs de 5,9% : on se demande bien pourquoi.
Mais c’est légal : c’est l’Etat qui fixe les prix. Non seulement il est
incapable de produire l’électricité dans de bonnes conditions mais aussi son
système de distribution coûte 1/3 du prix à l’arrivée.

Et
l’on va me dire que le pouvoir d’achat va croître avec un prix du KW en
augmentation de 5,9% et le carburant, tel que le prix du gasoil qui progresse
de 30% en un an !

C’est
cela réduire les impôts ? On finirait pas croire que l’on est sur une autre
planète.

Je
tiens à dire à toute la population que ce que je dis est vrai et que
j’arriverai aussi à faire baisser le prix de l’énergie comme j’ai fait baisser
le prix de l’essence.

Mais
le seul gagnant dans toute cette affaire, c’est l’Etat qui prend 33% sur le
prix du KW et 70% sur le prix d’un litre de carburant. Plus il est cher, plus
l’Etat gagne et moins le consommateur peut en consommer.

L’Etat en profit pour ne rien changer

Nos usines ferment, le monde grogne, les Gilets Jaunes grognent. Tout est fait pour empêcher de mettre fin à la pollution ; les moteurs à hydrogène commencent à produire leurs effet mais l’on fait tout ce qui est possible pour empêcher ces voitures de rouler, la puissance des lobbies pétroliers empêche de livrer de l’hydrogène dans les stations-services.

Et
le consommateur dans tout cela : il regarde passer le train et bientôt il
regardera aussi passer la voiture car il n’aura plus les moyens de rouler.

Alors,
on va me dire : dans les autres pays on est plus cher. Probable mais
est-ce toujours le plus  qu’il faut regarder ?
Les autres pays n’ont qu’à produire moins cher ; de toute manière ils y
seront obligés. En France, on a préféré taxer le travail, c’est-à-dire le
travailleur, par des charges.

Je
croyais avoir entendu parler d’une France forte. En tout cas, on n’en prend pas
le chemin.

Faudra-t-il
vraiment qu’on arrive à une vraie révolution pour mettre fin à tous ces
privilèges ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.